Lettre ouverte à Bertrand Cantat

Bertrand,

 

Voudriez-vous bien s'il vous plaît commencer à vieillir ?

 

Ce qui signifie qu'il pourrait vous être utile de comprendre que lorsque l'on a mal aux dents on en parle à ses amis pour se soulager un peu mais que l'on va chez le dentiste pour se soigner.

Ce qui signifie aussi qu'il pourrait être utile de comprendre que lorsque l'on a mal à l'âme on en parle à ses amis pour se soulager un peu mais que l'on va chez le psy pour se soigner.

 

Ce qui signifie aussi qu'il pourrait être utile de comprendre que lorsque l’on a envie d' “entamer une conversation” avec des manifestantes qui se mobilisent contre les violences faites aux femmes, on fait appel au minimum à un médiateur afin de pouvoir entamer une discussion de façon plus sereine.

 

Réinsertion et cause des femmes

 

Vous êtes effronté et têtu et personne ne peut vous retenir lorsqu'il s'agit de défendre une cause qui vous semble juste.

 

Mais aujourd'hui vous mélangez et confondez deux problématiques différentes.

 

La première problématique tourne autour du fait que des organisateurs de festivals ou de concerts aient annulé sous la pression médiatique certains de vos concerts alors qu'un public vous y attendait.

 

Pour ce point précis, ce qu'il vous arrive n'est pas juste mais ce n'est pas en vous confrontant frontalement à des manifestantes que vous ferez avancer la réflexion sur les problématiques de la réinsertion des anciens détenus et sur le fait que les salles ne sont plus indépendantes.

 

La seconde problématique est bien évidemment le drame dont vous êtes à l'origine.

Vous représentez aujourd'hui l'homme qui a tué sous ses coups sa femme.

 

Et de mon point de vue si vous devez aborder ce drame auprès de femmes victimes elles même de violence ce n'est certainement pas en allant les retrouver devant cette salle de concert pour aller entamer la conversation que vous réussirez à le faire.

 

Vieillir coupable mais conscient

 

Il serait peut-être temps à présent de faire le constat de votre puissance et de vos faiblesses, de votre force et de vos doutes, de vos excès et de vos tristesses.

 

Car ce qui est “est” mais le savoir ne suffit pas à avancer plus sereinement.

L'image, le jeu, les faux semblants, le “parler” fort sont à laisser parfois de côté.

 

Laissez un peu le “Cantat” pour affronter ce “Bertrand”. Cet homme qui n'est pas que mâle mais qui est aussi certainement celui qui peut comprendre le mal qu'il a fait et peut-être un jour s'excuser publiquement pour avancer sereinement vers un mec cinglé, bourré d'énergie et d'humour, accompagné d'amis merveilleux et beaux (en+), surtout Julian et Toums. Un homme qui n’en sera que meilleur encore dans son Art lorsqu'il aura compris d'où il souffre depuis bien longtemps et lorsqu'il pourra vieillir coupable mais conscient acceptant la frustration, les silences et les rejets.



13 mars 2018