Sa femme

Je l'ai rencontrée il y a 23 ans. Elle venait tout juste de le connaître. Il avait 30 ans de plus qu'elle mais elle a immédiatement été fascinée par lui. Elle a posé le regard de l'amour et de la bienveillance sur lui. Un regard qui ne l'a jamais quittée. Jusqu'à ce qu'il meurt. Il y a quelques mois.

Au début, elle m’agaçait parfois avec sa gentillesse, sa simplicité, son amour infaillible, sa fidélité à toute épreuve.

J’ assimilais cela à de la niaiserie. Une profonde niaiserie. Mais je l'aimais quand même car elle était gentille. Toujours gentille. Jalouse peut-être parfois mais serviable et douce. Au fil des années, je l'ai vu se battre pour lui. Résiliente et pugnace. Soumise et presque fanatique. Elle m’ agaçait encore mais je la respectais. Elle me respectait.

Puis, nos enfants sont arrivés dans nos vies. Elle a choyé le mien. Il l’adore pour sa gentillesse et sa douceur.

Ces filles sont merveilleuses, elles dansent comme des fées numériques, pleines de grâces et de beauté.

Puis nos enfants ont grandis.

Son mari est tombé malade. Elle l'a soigné, aimé sans relâche. Aucune relâche. Jusqu'à l'épuisement pour elle.

Elle chérissait son mari. Elle craignait de le perdre en silence. Elle le rassurait. La vie serait encore longue ... Elle pleurait en silence. En cachette. Digne et si jolie femme ...

Il a alors voulu la protéger comme elle avait su le faire pendant 23 ans en lui consacrant sa vie.

Il a voulu lui permettre d'élever leurs deux filles avec tranquillité. Il estimait qu'elle méritait celà lorsqu'il ne serait plus là. Mais c'était sans compter sur le fait que l'amour d'une femme lorsqu'il est protégé dans ce monde provoque rage et fureur ... L'histoire est ainsi ?

Bref, si j'ai appris de lui, j'ai appris d’elle.

Elle m'a montré l'amour comme nous devrions ne pas avoir peur de le vivre.

Ils m'ont montré l'amour.

Lorsqu'il est mort, elle l’a encore enlacé, serré, lavé, soigné, rasé, coiffé, habillé, aimé, embrassé.

Elle s'occupait de "Son homme". Et, elle était devenue "Sa femme". La sienne.

Depuis sa mort, elle s'est assombrie. Son homme ne l'appelle plus sans cesse à ses côtés. Elle chérit leurs deux filles.

Elle se bat pour que sa mémoire, pour que ses mots, pour que ses volontés, les dernières, soient respectées.

Ces deux là m'ont appris l'amour. Par leurs conseils, leurs croyances, leurs forces.

J'aimerais être et j'espère le devenir un jour, cette épouse auprès d'un homme dont je serai La Femme.

Il sera fort, bienveillant et déterminé. Je serai alors suffisamment aimée pour aimer en retour et vice et versa. Et versa et vice.





17 avril 2018